jump to navigation

Chambres d’hôtes au Viêt-Nam 21 avril 2010

Posted by Cà Phê Ðá in Ego, Viêt-Nam, Voyage, voyage....
Tags: , , , ,
add a comment

Je crois que je n’ai jamais parlé de la situation « commerciale » de Nature-Mékong au Viêt-Nam. C’est un sujet qui revient en ce moment au centre du débat entre Hanh et moi, je vais vous en dire un peu plus.

Tout d’abord il faut savoir que la notion de « Chambres d’hôtes » ou « Bed & Breakfast » n’existe pas dans le Code du Tourisme vietnamien. En fait, selon la loi, les particuliers n’ont pas le droit d’accueillir des touristes chez eux, encore moins des touristes étrangers. Même quand vous hébergez des amis, vous devez demander l’autorisation à la police de quartier.

Il y a bien les Homestays, qui ont été autorisé pour palier au manque d’infrastructure hôtelière dans certaines régions. L’idée était, dans les campagnes, de faire dormir les touristes chez l’habitant, sous l’encadrement des compagnies publiques locales de tourisme. Le principe a été bien entendu détourné, et aujourd’hui de nombreux homestays existent sans encadrement légal, et surtout ils ont été créés de toute pièce en montant à la vite des dortoirs en bois. Dans tous les cas l’hébergement est « à la dure » avec couchage sur une natte en paille, sans eau chaude, et surtout sans aucun services.

Ensuite on tombe tout de suite dans les hôtels, resorts et villages-vacances. Les normes ne sont plus adaptées aux chambres d’hôtes, un nombre de chambres minimum est requis, parfois une piscine, des services 24/24h, une surface minimum, un capital investi minimum… C’était trop pour nous.

Nous on a choisi d’être reconnu comme une « pension de famille » (Nhà Nhgĩ), ce qui nous permet d’accueillir des gens en toute légalité sans trop de contraintes réglementaires et n’attire pas trop l’attention sur nous. Cela pose toutefois deux problèmes : d’une part les pensions ne sont pas autorisées à héberger des étrangers sans l’autorisation de la police, d’autre part les agences de tourisme vietnamien nous voient comme un hébergement très bas de gamme. Dans l’absolu cela ne nous a pas empêcher de travailler jusque-là. Premièrement nos relations avec la police de quartier sont excellentes. La déclaration de nos visiteurs est une démarches certes preneuse de temps mais jamais risquée. Deuxièmement la notion de « chambres d’hôtes » n’est pas comprise non plus, et après quelques discussions avec les agences locales et une visite de leur part, les violons s’accordent.

Ce qui nous fait revenir sur ce choix c’est que la demande s’oriente de plus en plus vers du direct (et donc de la vente au desk pour des agences locales) et du court voire très court terme. Il faut donc avoir la meilleure visibilité car la décision doit souvent être prise rapidement et un choix de mots peut-être important. Du coup nous sommes en train de soupeser l’utilité d’être reconnu comme un « village vacances ». Une nouvelle catégorie a été ouverte et nous pourrions tomber dedans. Il reste à savoir ce que ça implique comme tracasseries administratives et différences au niveau de notre statut. Si c’est pour se retrouver avec les impôts et la chambre de commerce sur le dos chaque semaine, pas la peine!

Version 2 de Nature-Mékong.com 9 janvier 2010

Posted by Cà Phê Ðá in Dev web, Viêt-Nam, Voyage, voyage....
Tags: , , , ,
add a comment

Ca y est! J’ai enfin résolu tous les bogues. Bon, c’est vrai que toutes les fonctionnalités que j’espérais ne sont pas présentes, mais je n’en perds aucune par rapport à l’ancien site et c’est le principal! Vous pouvez jeter un oeil sur le nouveau site de Nature-Mékong et me donner vos avis.

Gros gain du passage au framework Jelix : maintenant j’aurai les mains libres pour modifier l’esthétique sans remettre en cause le reste du travail. Tout le contenu est aussi éditable par l’interface d’administration en HTML et les mises à jour se feront en douceur.

Dans l’immédiat il me reste à finaliser le contenu : ajouter quelques pages et les vidéos réencodées pour s’afficher en MPEG4 via le player en Flash. Ensuite, je vais peut-être changer quelques attributs du texte, couleurs, bordure de cadres… Il me faudra surtout faire tout le contenu en anglais avant de réellement mettre le site en ligne. Les anciennes pages resteront présentes quelques temps pour que les moteurs de recherche fassent la transition en douceur!

Lits et matelas… tous neufs! 14 septembre 2009

Posted by Cà Phê Ðá in Ego, Voyage, voyage....
Tags: , , ,
add a comment

La fois dernière, à l’occasion d’une petite ballade à vélo avec Paul sur l’île de Ba Láng à côté de chez nous, Hạnh et moi sommes tombés en arrêt sur un menuisier qui fabriquait des lits. Des lits en bois de Vú Sữa (caïmitier ou pommier de lait), très simples, très rustiques. On se disait que ce serait super pour remplacer les lits en fer de la maison principale, le notre comme ceux des invités. La qualité semblait correcte en regard du prix, très honnête. On lui en a commandé 3, livrable 2 semaines plus tard, ce qui fut fait dans les délais (rare et donc appréciable).

Lit, sans le matelas

Lit, sans le matelas

Première déception, Hạnh voulait une couleur de bois « brut », donc non vernis. Le menuisier (et moi-même) avons insisté pour vernir tout de même, mais sans colorant (graisse de noix de cajou). Le bois n’est pas un beau bois, et vernis sans renforce les défauts. Ce n’est pas un problème de qualité, c’est juste la matière qui est comme ça… Bon, rien de grave, on revernira avec un colorant plus tard, et ça a un côté « brut » indéniable.
Deuxième problème, le lit est en réalité fait pour  dormir avec une natte, à la dure! Du coup, y mettre un matelas n’est pas si simple : il manque 2cm de longueur, il y a une rambarde d’un côté du lit, et le lit est un peu haut (quelques centimètres en plus, rien de dramatique). Ca complique les choses pour changer les draps, mais on fera avec!
Sinon on est globalement satisfait, bon prix, et plus de charme que les lits en fer émaillé.

Nos matelas dans la maison principale ont bientôt quatre ans. A l’achat, on avait choisi un modèle bon marché (mais confortable) en se disant qu’on les changerait rapidement (3 ans) pour résoudre le problème d’hygiène et d’humidité. Le nôtre est fatigué. Ceux des clients tenaient bon, et renseignement pris auprès des invités ne méritaient pas la peine d’être changés. Finalement, profitant d’une promotion, on a racheté trois nouveaux matelas, de la même marque, eux aussi garanti 5 ans (contre un affaissement de plus 3 cm…ils ne se mouillent pas).
Le hic est venu quand on a remplacé le nôtre… Le matelas est 3 cm plus grand! Dans un lit déjà trop petit, c’est pas génial! Il a fallu « rallonger le lit », percer à nouveau des trous pour les vis de rigidification… et c’est toujours un peu juste!

Bon, en conclusion rien de dramatique, mais ça nous a occupé une bonne partie du week-end!

%d blogueurs aiment cette page :