jump to navigation

4 jours à Singapour 29 juillet 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Ego, Voyage, voyage....
Tags: , , , , , , , , , , ,
trackback

Hạnh, Paul et moi sommes allé passé 4 jours à Singapour. Vacances bienvenues pour souffler un peu et surtout découvrir un nouveau pays car nous n’étions pas encore allé dans cette ville phare de l’Asie du sud-est. Je reviendrai après sur le but de voyage et sur les conditions qui ont fait qu’il a été possible… Pour faire bref, on a beaucoup aimé notre séjour là-bas. La ville est cosmopolite et animée. Les gens sont polis et détendus. La nourriture très variée et plutôt pas chère (50% plus cher que dans le sud du Viêt-Nam). Les transports efficaces et pas chers. On ne peut pas passer 2 semaines de vacances à Singapour, mais 4 jours étaient un peu court.

Hanh et Paul devant le Merlion à Singapour

Avion

Tout d’abord parlons de l’avion, la première chose qu’on réserve généralement. Singapour est une des destinations les plus proches pour nous avec beaucoup de vols low-cost par au moins deux compagnies. Pour les vietnamiens aisés de Saigon, Singapour reste une destination privilégiées tant pour le tourisme (nombreux parc d’attraction, dépaysement…) que pour les études (Singapour veut se placer en capitale de l’éducation pour l’Asie à tous les niveaux) et surtout pour le Shopping! Nous sommes arrivés pour le dernier week-end des soldes, mais nous avons tout de même pu trouver des places sur Tiger Airways (3 vols par jour) à 50 USD aller-simple. Bon, comme d’habitude avec les low-cost, une fois qu’on ajoute les taxes d’aéroport, les frais divers de service, la réservation de 20kg de bagages en soute (seulement 7kg par personne autorisés en cabine) et si on veut la réservation d’une place, on est loin du compte pour un vol aller-retour. Au total nous en avons eu pour 370 USD pour nos trois billets, sans repas à bord réservés. Les horaires que nous avions étaient les plus pratique pour nous, départ à 9h30 de HCMV (ce qui nous faisait partir à 4h du matin de la maison) pour arriver vers midi, et retour à 15h30 depuis Singapour pour arriver à la maison vers 20h (un peu plus tard en fait car beaucoup de monde sur la route, de la pluie et un accident). Vol sans histoire, A320 très récents, hôtesses souriantes, Paul a même eu la chance de pouvoir rentrer dans la cabine de pilotage avant le décollage au retour, le pilote a échangé quelques mots en français avec lui…

Hôtel

Ensuite l’hôtel, et là une donnée à assimiler une fois pour toute : l’hébergement est cher à Singapour. On peut trouver des chambres dans les 100 SGD la nuit (80 USD, 50-60 EUR…), mais on se retrouve généralement dans 16m2 sans fenêtres avec des lits changés une fois par semaine. Certains hôtels affichent aussi des tarifs intéressants, mais ils se trouvent dans un des trois quartiers où la prostitution est légalisée, et sont loin d’être un bon choix pour un tourisme familiale. Pour les plus serrés aux entournures par le porte-monnaie, des lits en dortoirs dans des pensions sont aussi disponibles, mais encore une fois ne correspondent pas à tous les goûts. Deuxième donnée à assimiler pour ne pas être surpris : les prix des hôtels s’entendent avant le service (+10%) et la TVA (GST de 7%) ce qui fait encore une fois monter la note. Cela surprend toujours les occidentaux, mais l’hébergement « bas de gamme » en Asie peut-être vraiment bas de gamme, même dans un hôtel qui affiche deux étoiles. Les photos sont toujours trompeuses, ne montrent pas qu’il n’y a que 10cm entre le lit et le mur, font croire qu’il y a une fenêtre alors que c’est juste une lumière sur un mur derrière un rideau, les salles de bain à peine plus grande qu’un toilette en France…

Etant dans une période de pointe, j’avoue que c’est l’hôtel qui m’a demandé le plus de recherche. L’offre est importante, mais pour faire son choix il faut connaître dans quel quartier on va tomber et savoir s’il est proche des commerces, du métro (Singapore MRT), s’il y a de quoi se restaurer à proximité et cela demande de connaître un minimum d’informations sur la ville. J’avais choisi le Perak Hotel et je le recommande vivement à tous ceux qui veulent se rendre à Singapore. Le prix de la chambre était de 183 SGD (150 USD) par nuit, petit-déjeuner compris pour une chambre « Supérieure » (avec fenêtre). C’est un trois étoiles construit dans un vieux bâtiment plein de charme en plein coeur de Little India à 500m d’un building que je devais visiter lors de mon séjour, la Sim Lim Tower (plus sur ça dans un prochain article). Les chambres sont plutôt grandes (23m2), propres et bien entretenues, correctement équipées pour un trois étoiles et la salle de bain pratique (mais pas luxueuse). Le personnel était très professionnel, serviable et souriant. Le petit-déjeuner était simple mais bon, le buffet comportant tout ce qu’on peut désirer pour presque tous les goûts. L’hôtel est situé dans de petites rues calmes, à mi-chemin entre les stations Bugis et Little India. Les quartiers alentours comportent à la fois grands centres commerciaux (Malls ou Department Store), petits marchés constitués d’une constellation d’échoppes, marchés au produits frais, marchés de restauration asiatique… S’y croisent des populations d’origine chinoise, indienne, malaysiennes, plutôt bouddhistes ou musulmans, le tout dans une apparente cohabitation parfaite.

Nourriture

Pour parler rapidement de la nourriture, elle est excellente. On trouve toutes les influences à Singapour à des prix bas car la plupart des gens mangent à l’extérieur comme souvent en Asie. Vous pouvez manger chinois, vietnamien, indien, japonais, coréen, malais… pour des prix allant de 4 à 8 SGD (2 à 4 EUR) suivant ce que vous avez dans l’assiette. Si vous en avez marre de bien manger, vous pouvez aussi faire pénitence dans un KFC ou un Mac’Do pour le même prix. Les boissons sont par contre plutôt chères, et les alcools globalement au même prix qu’en France (donc cher pour moi).

Transports

Les transports sont bien organisés et clairement documentés (contrairement au Viêt-Nam). Le métro nous a permis d’aller directement de l’aéroport à l’hôtel. Au départ le prix paraît un peu élevé car quand on achète des tickets « simples » (au contraire d’abonnement ou de cartes rechargeables), on reçoit non pas un ticket en papier jetable, mais une carte en plastique consignées dont on récupère la caution à un distributeur une fois le trajet terminé. En réalité le métro et le bus sont bon marchés et vous permettent d’aller presque partout. A chaque station attendent des taxis qui vous déposerons à votre but final s’il est un peu éloigné (comme dans mon cas pour l’ambassade du Viêt-Nam histoire de me refaire un visa). Les taxis sont plutôt bon marché aussi et la prise en charge est de 3 SGD. Par contre, ils acceptent même de vous prendre pour de courts-trajets (de notre hôtel à la station de métro pour le départ car nous avions beaucoup de bagages). La ville est aussi bien aménagée pour les piétons et comportent de nombreux passages ombragés (ou abrités de la pluie suivant la saison).

Activités

On a commencé par du shopping et Hạnh a tout de suite trouvé son goût. Je ne parle pas des boutiques de luxe, ce n’était pas dans notre budget, mais c’est pourtant ce qui attire du monde. Les magasins proposent une grande variété de style et pour nous beaucoup de choses introuvables ou presque au Viêt-Nam. Les prix pour des créations originales sont équivalentes à ceux en France, dans les petites échoppes les prix baisses. Les produits de beauté sont moins cher qu’en France, à des prix similaires à ceux du duty-free de l’aéroport de Singapore ou de Saigon, donc pas de regrets à acheter dans les magasins surtout qu’à partir de 100 SGD d’achat on peut récupérer la GST (TVA) à l’aéroport.

Tigre blanc dans l'eau au zoo de SingapourLe dimanche était consacré à Paul. A quatre ans il était un peu trop petits pour les parcs d’attraction de Sentosa, par contre le zoo était parfait pour lui. C’est un vrai par d’attraction, plutôt grand et organisé, ombragé, avec de belles collections bien documentées et beaucoup d’animations pour tous les âges. On y a passé 4 heures pour n’en voir en réalité que la moitié. La deuxième activité de la journée était le téléphérique qui va de Harbour Front jusque Sentosa. Encore une fois un très bon moment avec une vue imprenable sur Singapour, les gratte-ciels, le port (c’est là où on mesure la puissance économique de Singapour), la Malaisie… Paul n’a absolument pas eu peur du vide (il a de la chance) et a adoré l’expérience. Le petit tour sur l’île de Sentosa était lui plus décevant… Les parcs et activités sont chers, regardez bien les prix sur internet et prévoyez votre budget en conséquence. On ne regrette toutefois pas l’argent dépensé car l’expérience a été bonne.

Nous en avons aussi profité pour visiter le centre-ville (Raffles Place) pour voir la Marina, les vieux bâtiments et remonter à pied jusqu’à l’hôtel. Sur la Marina, photo obligatoire devant le célèbre Merlion, symbole de la ville. Je pensais que Paul allait être impressionné par la vue des grattes-ciel, mais non, à son âge ça ne marque pas. D’autant qu’avec la télévision maintenant plus rien ou presque ne les étonne…

La langue

A Singapour tout le monde ou presque parle anglais. Ca va d’un anglais purement communicationnel pour les travailleurs malais ou d’autres origines arrivés depuis peu à un anglais parfait pour les singapouriens. En général la communication n’est pas un problème, dans les rues tout est indiqué en au moins deux mais souvent trois ou quatre langues. Une difficulté pour les européens, surtout pour les français dont l’aptitude pour les langues est  loin d’être un point fort, c’est l’accent particulier de l’anglais des singapouriens. Il est un peu chuintant à la façon chinoise tout en étant nettement meilleur que celui des chinois du continent. Pour quiconque ayant séjourné dans des pays asiatiques ou ayant conversé avec des locuteurs anglais non natifs, cela ne posera aucune difficulté. Les autres langues officielles sont le mandarin, le malais et le tamoul.

Et moi…

Vous l’avez compris nous étions à Singapour pour le tourisme, pour le soldes et pour faire voir à Paul une grande ville moderne occidentalisée. Vous avez peut-être noté que j’avais réservé 20kg de bagages en cabines, avec les 21kg autorisés pour nous trois en soute ça fait beaucoup pour quatre jours même en faisant les soldes. J’ai donc fait un petit tour avec Paul dans la Sim Lim Tower ou se concentrent une centaine de magasins d’électronique dont certains sont très spécialisés comme Blazer Electronic. Et je suis revenu avec un Kenwood TS-590s sous le bras et 1600 USD en moins dans le portefeuille… mais je ferais un billet séparé pour ça!

Juste une petite note. Pour beaucoup, Singapour n’est pas un modèle de démocratie ni une terre de libertés individuelles. C’est vrai qu’il y a beaucoup de caméras, que la dénonciation y est encouragée et que certaines lois y compris morales y sont très strictes. Nous y étions en vacances familiales, et très honnêtement, pour nous tout ça ne se voit pas. Ce qui se voit, c’est que les gens dans les rues ont l’air heureux, qu’ils sont abordables et souriants et que l’impression de sécurité y est permanente.

Commentaires»

1. Blazer Electronic Singapour « Ca Phe Da - 1 août 2011

[…] à mon précédent billet sur Singapour, je vais vous en dire un peu plus sur l’objet de ma visite à Singapour. Je me suis donc […]


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :