jump to navigation

Meubles en bois d’Hévéa 30 septembre 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Viêt-Nam.
Tags: , , , , ,
add a comment

Si vous demandez à un artisan menuisier vietnamien, il vous dira que l’Hévéa n’est pas un bois à faire des meubles, ni même des cures-dents. Pourtant c’est Le bois dont l’utilisation se développe le plus dans toute la région, avec la Malaisie et la Thaïlande en tête. La Malaisie est le pays disposant des plus grandes plantation d’Hévéa pour l’industrie du caoutchouc, ce n’est donc pas étonnant. La Thaïlande dispose aussi de bonnes réserves et surtout d’un tissu industriel favorable. Le Viêt-Nam, est cinquième en terme de surface cultivée (bien derrière la Malaise, l’Indonésie, l’Inde et la Thaïlande) mais cherche à rattraper son retard. Le pays dispose de plantation plutôt âgées capable de fournir en bois de réforme. Il a aussi bénéficié des déboires des producteurs africains dont les arbres souffraient d’une maladie mystérieuse qui semble liée aux conditions d’exploitation trop intenses.

Si l’Hévéa n’est pas un bon bois, alors pourquoi l’utilise-t-on ? D’accord, c’est en majeure partie pour l’export, et un bois même de médiocre qualité comme le pin se vend depuis des années pour des meubles d’intérieur en Europe, alors pourquoi pas de l’Hévéa ? Ensuite, de nouvelles techniques de traitement (chimique) sont apparues et permettent de lui donner des caractéristiques de stabilité suffisantes, même pour les pays tropicaux. Dernière chose, les bois de qualité supérieure (sans parler de bois précieux) sont aujourd’hui très très chers, et après des années 70 tout plastique, les années 80 tout verre et métal, les consommateurs européens retournent vers des produits naturels et achètent du bois, si possible massif. Quand on voit comment est produit ce bois, je ne suis pas sûr que pour les consommateurs européens il soit beaucoup plus écologiques que du plastique, mais bon…

N’habitant plus en Europe, je vous parlerai du marché local vietnamien. Quand nous nous sommes installés ici en 2005, les choix pour l’ameublement étaient limités. D’un côté des meubles bon marchés mais tout plastique et prévu pour ne pas durer plus de deux ans, d’un autre côté des meubles en bois traditionnels faits par de petits artisans et d’un prix plutôt élevé. Je dis un prix plutôt élevé, mais ça restait abordable. Même si à l’époque notre budget était plutôt serré après la construction de la maison, le choix a été vite fait. En plus grâce à un amis de la famille nous avions rencontré un excellent menuisier qui nous a fournit la rambarde de l’escalier, la table de salle à manger, 8 chaises, la table de salon plus quelques autres petits meubles. Le bois était un bois d’ameublement de qualité, résistant aux termites et aux champignons sans traitement particulier.

Le premier « choc » a été lors de la construction de la maison en bois 3 ans plus tard. Entre le moment où nous avions signé le contrat (novembre) et la fin des travaux de gros oeuvre (juin), le prix du bois brut avait plus que doublé! Nous étions protégés par le contrat, mais nous avions consentis une rallonge à notre fournisseur. Déjà à l’époque les bois vietnamiens devenaient difficile à trouver. La contrebande existe, mais le risque c’est de se faire refourguer un bois maquillé, et sans être expert c’est dur de ne pas se faire avoir. Notre charpentier étant quelqu’un de sérieux (plus important grossiste en bois de la ville), il importe son bois d’Indonésie (en l’occurrence du Camphrier de Bornéo à l’époque) et ne cherchait pas à nous rouler sur la marchandise.

Cet été Hạnh a décidé de faire faire quelques meubles pour la maison : des placards haut pour la cuisine, un rangement sous l’escalier pour les draps des chambres d’hôtes et une étagère dans l’entrée. Nous devions aussi commencer à meubler l’appartement pour le louer. Les choses ont bien changé. D’une part le menuisier travaille aujourd’hui presque en exclusivité avec du bois aggloméré (du MDF, ou panneau de fibre à densité moyenne) pour les meubles courants. Il dispose de plusieurs qualités, importé pour le haut de gamme avec un plaquage de vrai bois épais et donc un beau fini, ou fabriqué localement pour le tout venant. Les seuls meubles en bois massif sont ceux pour le haut de gamme et les meubles traditionnel. D’autre part il existe sur le marché plusieurs marques d’ameublement grand public qui ont des show-rooms dans les grandes villes. En particulier Hoàng Anh Gia Lai a un large catalogue de meuble en Hévéa. C’est un grand groupe industriel qui possède aussi des plantations d’Hévéa, investi dans les matières premières, l’immobilier (ce sont eux qui font notre appartement) et l’électricité. En effet, entretemps le prix du bois a presque quadruplé, souvent par bonds, et la plupart des bois massif de qualité sont inaccessibles.

Pour conclure, je vous redirige vers une petite trouvaille que j’ai fait en cherchant à me renseigner sur les MDF. C’est un guide de consommation très bien documenté et publié par le ministère de l’économie. Ca m’a un peu surpris de voir qu’une administration français publie un tel document, que j’aurais plutôt attendu d’une association de consommateurs…

Concert de Thu Minh à Cần Thơ 19 septembre 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Uncategorized, Viêt-Nam.
Tags: , , , ,
add a comment

Pochette album Thu Minh Body LanguageCa faisait un petit moment que Hạnh et moi n’étions allé à un concert. Depuis un petit moment la librairie Phương Nam de  Cần Thơ organise des concerts dans le biblio-café au dernier étage. Dans cette petite salle de 200 personnes au maximum, proximité du public et ambiance intimiste sont assurées. Nous avions deux places à 2 mètres face à la scène.

La dernière fois que nous avions vu celle que je considère comme de loin la meilleure voix du Viêt-Nam de cette dernière décennie c’était en 2004 à Saigon dans une salle bien plus grande. Depuis Thu Minh a fait pas mal de chemin mais sans jamais vraiment percer auprès du public. A voir les problèmes qui ont émaillé sa carrière (série de concerts annulés pour raisons administratives, album injustement retirés du marché pour photo jugée trop suggestive…) elle a soit manqué de chance soit manqué d’un soutien sachant arranger les choses autour d’elle.

On a découvert une Thu Minh très mature et sûre d’elle sans être vaniteuse. Sachant occuper la salle durant une coupure d’électricité;répondre avec franchise, malice et une élocution parfaite aux questions du public même les plus inattendues; ne pas se départir face aux problèmes techniques (on a pas la bande son!) et même faire un boeuf durant deux chansons avec un parfait inconnu du public sans préparation et pour un résultat très convaincant. Sur ce dernier point on note la vraie professionnelle gérant parfaitement la situation et sachant tout faire s’adapter à son compagnon de chant.

Les derniers disques de Thu Minh sont plutôt typés Dance et je trouve que c’est dommage car ça ne met que peu en valeur sa technique de chant. Par contre une fois la boîte à rythme coupée et qu’elle entame quelques couplets a capella ou qu’elle s’essaye avec humour au chant traditionnel du sud cải lương, on a plus aucun doute sur son talent. Ces derniers temps elle s’est essayé à la danse de salon et a remporté le concours international organisé cette année par la télévision vietnamienne. Durant les questions hier elle est d’ailleurs revenu sur cet apprentissage et sur scène elle met en avant ses nouveaux acquis.

Si vous ne la connaissez pas, voici deux vidéos :

Ici l’intégralité de son nouvel album Body Language en écoute gratuite.

Les secrets de Léa 6 septembre 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Ego.
Tags: , , , ,
add a comment

Certains d’entre vous s’en souviennent peut-être mais quand Hạnh et moi nous sommes installés au Viêt-Nam, notre premier projet était de monter une nouvelle marque de produits de beauté : Les secrets de Léa.

Je fais court, mais la projet a été abandonné malgré le soutien de partenaires en France et un marché vietnamien qui s’ouvrait. La raison était un climat législatif incertain et des coûts d’obtention des autorisations de mise sur le marché qui grimpaient. En regardant en arrière on aurait pu le faire quand même et contourner la loi qui a changé à nouveau quelques années plus tard, mais à l’époque la meilleure solution c’était de mettre le projet en pause. Avec le temps nous sommes passés à d’autres choses et les frais engagés pour le projet restant raisonnables nous n’avions aucun regrets.

Une bonne nouvelle est tombée il y a quelques mois puisqu’un cabinet spécialisé nous a contacté en vue de la cession de la marque. Le premier montant annoncé pour une transaction étant étonnement faible j’ai contacté un ami (il se reconnaîtra et je le remercie encore au passage) qui était bien plus expérimenté que moi de ces affaires. Il faut savoir que la marque étant sous le coup d’une possible attaque en déchéance de marque (non utilisée depuis plus de cinq ans), les sommes restaient modestes, le tout étant de trouver le montant juste pour les deux parties.

Ceux qui me connaissent bien savent que je ne suis pas à l’aise pour discuter d’argent et que je ne suis pas bon « commercial ». Les négociations ont pris beaucoup de temps mais sont arrivées à terme fin juillet. Je ne donnerai pas le montant mais il couvre les frais que nous avions engagé pour le projet, et cet entrée d’argent inattendue nous a permis de nous faire quelques petits plaisirs.

Le nom de domaine secretsdelea.com n’a pas été inclus dans le périmètre de la transaction. Il est actuellement en parking mais j’ai un projet pour le valoriser. Toutefois d’autres projets ont actuellement une priorité plus haute (dont un nouveau site web en relation avec la radio et une nouvelle version du site Voyages-Mékong).

Maintenant vous savez tout ou presque…

Vaccin contre la dengue en test dans le delta du Mékong 30 août 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Viêt-Nam.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Je viens de lire un article dans le journal qui annonce une campagne de vaccination contre le virus de la dengue dans plusieurs villes du delta. Ce nouveau vaccin produit par Sanofi-Pasteur est en cours d’évaluation après avoir déjà eu de bons résultats au Mexique en en Thaïlande. La campagne devrait concerner un peu moins de 2500 enfants âgés de 2 à 14 ans.

Si tout va bien le vaccin qui semble prometteur car couvrant les 4 variantes du virus devrait être commercialisé en 2014. Il a un fonctionnement proche de celui du vaccin contre la fièvre jaune qui est lui bien maîtrisé.

C’est une bonne nouvelle, car autant le paludisme ne représente plus une menace importante au Viêt-Nam, autant la dengue est un réel probleme pour les pays de la région mais aussi un risque à venir pour les pays occidentaux à cause du réchauffement planétaire. Le moustique pique même de jour, est à l’aise en ville, se déplace beaucoup et surtout peu propager la maladie tout le long de sa vie.

Corvette Lý Thái Tổ 23 août 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Viêt-Nam.
Tags: , , , , ,
add a comment

Corvette vietnamienne Ly Thai ToLe Viêt-Nam vient de recevoir sa deuxième corvette de classe Gepard 3.9 fabriquée par la Russie. Elle datait d’une commande passée en 2006. Deux autres cette fois-çi construites sous licence au Viêt-Nam seraient en commande…

Avec le regain de tensions en mer de l’Est, les articles sur des sujets militaires deviennent plus abondants dans la presse…

Une longue vidéo en russe très détaillée sur ce bateau.

Nouveau blog pour Hạnh aussi… 21 août 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Ego, Famille, Viêt-Nam, Voyage, voyage....
Tags: , , , , , ,
add a comment

Ma tendre épouse s’est aussi décidée à tenir un blog. Il s’appelle Souvenirs du Viêtnam et contient déjà un billet (en vietnamien), d’autres devraient venir bientôt en français aussi.

Nouveau blog XV4Y.radioclub.asia 14 août 2011

Posted by Cà Phê Ðá in HAM Radio.
Tags: , , ,
add a comment

Kenwood TS-590s, Yaesu FT-100J’ai mis en place un nouveau blog dédié pour les activités radio. A partir de maintenant c’est sur ce blog que j’écrirais les billets relatifs au radioamateurisme. Les articles et pages de l’ancien blog sont transférés et seront effacés de l’ancien blog dès que Google aura pris en compte le changement…

Le premier billet parle des fréquences radiomaritimes HF à écouter au Viêt-Nam.

Blazer Electronic Singapour 1 août 2011

Posted by Cà Phê Ðá in HAM Radio, Matériel, Viêt-Nam, Voyage, voyage....
Tags: , , , , , , , , , ,
1 comment so far

Le contenu de ce billet a été transféré sur le nouveau blog XV4Y.

4 jours à Singapour 29 juillet 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Ego, Voyage, voyage....
Tags: , , , , , , , , , , ,
1 comment so far

Hạnh, Paul et moi sommes allé passé 4 jours à Singapour. Vacances bienvenues pour souffler un peu et surtout découvrir un nouveau pays car nous n’étions pas encore allé dans cette ville phare de l’Asie du sud-est. Je reviendrai après sur le but de voyage et sur les conditions qui ont fait qu’il a été possible… Pour faire bref, on a beaucoup aimé notre séjour là-bas. La ville est cosmopolite et animée. Les gens sont polis et détendus. La nourriture très variée et plutôt pas chère (50% plus cher que dans le sud du Viêt-Nam). Les transports efficaces et pas chers. On ne peut pas passer 2 semaines de vacances à Singapour, mais 4 jours étaient un peu court.

Hanh et Paul devant le Merlion à Singapour

Avion

Tout d’abord parlons de l’avion, la première chose qu’on réserve généralement. Singapour est une des destinations les plus proches pour nous avec beaucoup de vols low-cost par au moins deux compagnies. Pour les vietnamiens aisés de Saigon, Singapour reste une destination privilégiées tant pour le tourisme (nombreux parc d’attraction, dépaysement…) que pour les études (Singapour veut se placer en capitale de l’éducation pour l’Asie à tous les niveaux) et surtout pour le Shopping! Nous sommes arrivés pour le dernier week-end des soldes, mais nous avons tout de même pu trouver des places sur Tiger Airways (3 vols par jour) à 50 USD aller-simple. Bon, comme d’habitude avec les low-cost, une fois qu’on ajoute les taxes d’aéroport, les frais divers de service, la réservation de 20kg de bagages en soute (seulement 7kg par personne autorisés en cabine) et si on veut la réservation d’une place, on est loin du compte pour un vol aller-retour. Au total nous en avons eu pour 370 USD pour nos trois billets, sans repas à bord réservés. Les horaires que nous avions étaient les plus pratique pour nous, départ à 9h30 de HCMV (ce qui nous faisait partir à 4h du matin de la maison) pour arriver vers midi, et retour à 15h30 depuis Singapour pour arriver à la maison vers 20h (un peu plus tard en fait car beaucoup de monde sur la route, de la pluie et un accident). Vol sans histoire, A320 très récents, hôtesses souriantes, Paul a même eu la chance de pouvoir rentrer dans la cabine de pilotage avant le décollage au retour, le pilote a échangé quelques mots en français avec lui…

Hôtel

Ensuite l’hôtel, et là une donnée à assimiler une fois pour toute : l’hébergement est cher à Singapour. On peut trouver des chambres dans les 100 SGD la nuit (80 USD, 50-60 EUR…), mais on se retrouve généralement dans 16m2 sans fenêtres avec des lits changés une fois par semaine. Certains hôtels affichent aussi des tarifs intéressants, mais ils se trouvent dans un des trois quartiers où la prostitution est légalisée, et sont loin d’être un bon choix pour un tourisme familiale. Pour les plus serrés aux entournures par le porte-monnaie, des lits en dortoirs dans des pensions sont aussi disponibles, mais encore une fois ne correspondent pas à tous les goûts. Deuxième donnée à assimiler pour ne pas être surpris : les prix des hôtels s’entendent avant le service (+10%) et la TVA (GST de 7%) ce qui fait encore une fois monter la note. Cela surprend toujours les occidentaux, mais l’hébergement « bas de gamme » en Asie peut-être vraiment bas de gamme, même dans un hôtel qui affiche deux étoiles. Les photos sont toujours trompeuses, ne montrent pas qu’il n’y a que 10cm entre le lit et le mur, font croire qu’il y a une fenêtre alors que c’est juste une lumière sur un mur derrière un rideau, les salles de bain à peine plus grande qu’un toilette en France…

Etant dans une période de pointe, j’avoue que c’est l’hôtel qui m’a demandé le plus de recherche. L’offre est importante, mais pour faire son choix il faut connaître dans quel quartier on va tomber et savoir s’il est proche des commerces, du métro (Singapore MRT), s’il y a de quoi se restaurer à proximité et cela demande de connaître un minimum d’informations sur la ville. J’avais choisi le Perak Hotel et je le recommande vivement à tous ceux qui veulent se rendre à Singapore. Le prix de la chambre était de 183 SGD (150 USD) par nuit, petit-déjeuner compris pour une chambre « Supérieure » (avec fenêtre). C’est un trois étoiles construit dans un vieux bâtiment plein de charme en plein coeur de Little India à 500m d’un building que je devais visiter lors de mon séjour, la Sim Lim Tower (plus sur ça dans un prochain article). Les chambres sont plutôt grandes (23m2), propres et bien entretenues, correctement équipées pour un trois étoiles et la salle de bain pratique (mais pas luxueuse). Le personnel était très professionnel, serviable et souriant. Le petit-déjeuner était simple mais bon, le buffet comportant tout ce qu’on peut désirer pour presque tous les goûts. L’hôtel est situé dans de petites rues calmes, à mi-chemin entre les stations Bugis et Little India. Les quartiers alentours comportent à la fois grands centres commerciaux (Malls ou Department Store), petits marchés constitués d’une constellation d’échoppes, marchés au produits frais, marchés de restauration asiatique… S’y croisent des populations d’origine chinoise, indienne, malaysiennes, plutôt bouddhistes ou musulmans, le tout dans une apparente cohabitation parfaite.

Nourriture

Pour parler rapidement de la nourriture, elle est excellente. On trouve toutes les influences à Singapour à des prix bas car la plupart des gens mangent à l’extérieur comme souvent en Asie. Vous pouvez manger chinois, vietnamien, indien, japonais, coréen, malais… pour des prix allant de 4 à 8 SGD (2 à 4 EUR) suivant ce que vous avez dans l’assiette. Si vous en avez marre de bien manger, vous pouvez aussi faire pénitence dans un KFC ou un Mac’Do pour le même prix. Les boissons sont par contre plutôt chères, et les alcools globalement au même prix qu’en France (donc cher pour moi).

Transports

Les transports sont bien organisés et clairement documentés (contrairement au Viêt-Nam). Le métro nous a permis d’aller directement de l’aéroport à l’hôtel. Au départ le prix paraît un peu élevé car quand on achète des tickets « simples » (au contraire d’abonnement ou de cartes rechargeables), on reçoit non pas un ticket en papier jetable, mais une carte en plastique consignées dont on récupère la caution à un distributeur une fois le trajet terminé. En réalité le métro et le bus sont bon marchés et vous permettent d’aller presque partout. A chaque station attendent des taxis qui vous déposerons à votre but final s’il est un peu éloigné (comme dans mon cas pour l’ambassade du Viêt-Nam histoire de me refaire un visa). Les taxis sont plutôt bon marché aussi et la prise en charge est de 3 SGD. Par contre, ils acceptent même de vous prendre pour de courts-trajets (de notre hôtel à la station de métro pour le départ car nous avions beaucoup de bagages). La ville est aussi bien aménagée pour les piétons et comportent de nombreux passages ombragés (ou abrités de la pluie suivant la saison).

Activités

On a commencé par du shopping et Hạnh a tout de suite trouvé son goût. Je ne parle pas des boutiques de luxe, ce n’était pas dans notre budget, mais c’est pourtant ce qui attire du monde. Les magasins proposent une grande variété de style et pour nous beaucoup de choses introuvables ou presque au Viêt-Nam. Les prix pour des créations originales sont équivalentes à ceux en France, dans les petites échoppes les prix baisses. Les produits de beauté sont moins cher qu’en France, à des prix similaires à ceux du duty-free de l’aéroport de Singapore ou de Saigon, donc pas de regrets à acheter dans les magasins surtout qu’à partir de 100 SGD d’achat on peut récupérer la GST (TVA) à l’aéroport.

Tigre blanc dans l'eau au zoo de SingapourLe dimanche était consacré à Paul. A quatre ans il était un peu trop petits pour les parcs d’attraction de Sentosa, par contre le zoo était parfait pour lui. C’est un vrai par d’attraction, plutôt grand et organisé, ombragé, avec de belles collections bien documentées et beaucoup d’animations pour tous les âges. On y a passé 4 heures pour n’en voir en réalité que la moitié. La deuxième activité de la journée était le téléphérique qui va de Harbour Front jusque Sentosa. Encore une fois un très bon moment avec une vue imprenable sur Singapour, les gratte-ciels, le port (c’est là où on mesure la puissance économique de Singapour), la Malaisie… Paul n’a absolument pas eu peur du vide (il a de la chance) et a adoré l’expérience. Le petit tour sur l’île de Sentosa était lui plus décevant… Les parcs et activités sont chers, regardez bien les prix sur internet et prévoyez votre budget en conséquence. On ne regrette toutefois pas l’argent dépensé car l’expérience a été bonne.

Nous en avons aussi profité pour visiter le centre-ville (Raffles Place) pour voir la Marina, les vieux bâtiments et remonter à pied jusqu’à l’hôtel. Sur la Marina, photo obligatoire devant le célèbre Merlion, symbole de la ville. Je pensais que Paul allait être impressionné par la vue des grattes-ciel, mais non, à son âge ça ne marque pas. D’autant qu’avec la télévision maintenant plus rien ou presque ne les étonne…

La langue

A Singapour tout le monde ou presque parle anglais. Ca va d’un anglais purement communicationnel pour les travailleurs malais ou d’autres origines arrivés depuis peu à un anglais parfait pour les singapouriens. En général la communication n’est pas un problème, dans les rues tout est indiqué en au moins deux mais souvent trois ou quatre langues. Une difficulté pour les européens, surtout pour les français dont l’aptitude pour les langues est  loin d’être un point fort, c’est l’accent particulier de l’anglais des singapouriens. Il est un peu chuintant à la façon chinoise tout en étant nettement meilleur que celui des chinois du continent. Pour quiconque ayant séjourné dans des pays asiatiques ou ayant conversé avec des locuteurs anglais non natifs, cela ne posera aucune difficulté. Les autres langues officielles sont le mandarin, le malais et le tamoul.

Et moi…

Vous l’avez compris nous étions à Singapour pour le tourisme, pour le soldes et pour faire voir à Paul une grande ville moderne occidentalisée. Vous avez peut-être noté que j’avais réservé 20kg de bagages en cabines, avec les 21kg autorisés pour nous trois en soute ça fait beaucoup pour quatre jours même en faisant les soldes. J’ai donc fait un petit tour avec Paul dans la Sim Lim Tower ou se concentrent une centaine de magasins d’électronique dont certains sont très spécialisés comme Blazer Electronic. Et je suis revenu avec un Kenwood TS-590s sous le bras et 1600 USD en moins dans le portefeuille… mais je ferais un billet séparé pour ça!

Juste une petite note. Pour beaucoup, Singapour n’est pas un modèle de démocratie ni une terre de libertés individuelles. C’est vrai qu’il y a beaucoup de caméras, que la dénonciation y est encouragée et que certaines lois y compris morales y sont très strictes. Nous y étions en vacances familiales, et très honnêtement, pour nous tout ça ne se voit pas. Ce qui se voit, c’est que les gens dans les rues ont l’air heureux, qu’ils sont abordables et souriants et que l’impression de sécurité y est permanente.

Premier typhon de 2011 (MAJ) 10 juin 2011

Posted by Cà Phê Ðá in Ego, Viêt-Nam.
Tags:
add a comment

Image de la météo de Honk KongLe premier typhon de l’année est en approche en Mer de l’Est. Mi-juin c’est un peu tôt, surtout qu’on a déjà eu de belles tempêtes tropicales en mer qui nous font un temps bizarre depuis quelques mois. Ca fait bientôt cinq ans qu’un typhon n’est pas venu nous embêter dans le delta, et statistiquement il y a des chances que cette année soit la bonne…

Bon côté des choses : peut-être que ça forcera les bateaux de la marine chinoise à arrêter de harceler les bateaux vietnamiens. La vie des pêcheurs vietnamiens n’est pas facile en ce moment, et pas seulement à cause de la météo.

MAJ : Le typhon s’est dégonflé mais ça a quand même soufflé bien fort ce week-end avec de la pluie en rafales violentes.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :